Rupture Artificielle de la poche des eaux (R.A.P.E.)

Description

Durant le travail, on rompt, à l'aide d'un petit crochet en plastique muni d'un long manche, les membranes amniotiques (poche des eaux). Il arrive qu'une simple pression du doigt suffise.
Lorsque la poche se rompt, on sent directement le liquide amniotique, tiède, s'écouler .
C'est sans douleur car il n'y a pas de terminaisons nerveuses dans les membranes amniotiques. Toutefois, les contractions sont souvent plus douloureuses après la RAPE.

Pourquoi

De façon naturelle, la poche se rompt en cours de travail et même souvent après dilatation complète du col. Une intervention artificielle doit être justifiée. 

Pour des raisons relativement impérieuses (souffrance du bébé en particulier), il est parfois nécessaire de rompre artificiellement la poche:

  • pour installer un monitoring interne pour surveiller le cœur du bébé, afin d’insérer l'électrode sur le cuir chevelu de l'enfant.
  • pour aider au déclenchement du travail, en association avec d'autres moyens.
  • pour activer le travail lorsqu'il n'y a pas beaucoup d'évolution.

Les risques de ce geste sont les suivants:

  • la poche des eaux protège le bébé contre les pressions exercées à chaque contraction, comme un tampon. Une fois celle-ci rompue, le cordon peut dans de rares cas se voir comprimé, ce qui augmente le risque de détresse fœtale. Une surveillance accrue est donc nécessaire.
  • si la tête de l'enfant n'est pas bien engagée dans le bassin, l'écoulement des eaux après la rupture peut entrainer le cordon dans le vagin. C'est ce qu'on appelle la procidence du cordon. Le cordon peut alors se retrouver coincé entre les os du bassin et la tête du bébé, privant ainsi le bébé d'oxygène (une césarienne est alors indispensable). Pour cette raison, la rupture de la poche des eaux n'est généralement pratiquée qu'après avoir vérifié que la partie de l'enfant qui se présente (tête, siège) est bien engagée dans le bassin.
  • puisque le bébé n'est plus protégé de l'extérieur lorsque les membranes sont rompues, le risque d'infection augmente avec le temps qui passe depuis la rupture. Passé un certain délai (12-18 heures), certains médecins préconisent l'administration d'un antibiotique par intraveineuse, à titre préventif. Pour cette même raison, d'autres médecins, ne voulant pas dépasser un certain délai, peuvent mettre en place différents moyens pour accélérer la naissance: stimulation à l'ocytocine, ... voire césarienne.
  • des études ont montré que rompre précocement la poche des eaux augmente le risque de voir le rythme cardiaque du bébé décélérer, sans mettre en évidence des effets favorables pour le bébé.

Si le travail ne débute pas ou n'avance pas beaucoup, il existe des alternatives plus douce que la rupture artificielle de la poche des eaux (marche, position accroupie, assise sur une toilette, massages,... et détente et patience!).

Références

Isabelle Brabant. Une Naissance heureuse